Accueil > Les expos > Précédentes > Resonance

Resonance

La Commanderie des Templiers de la Villedieu accueille Sophie Jouan, sculpteur, pour une année de résidence à Saint-Quentin-en-Yvelines.

Fil rouge de la résidence, le projet " Un jardin imaginaire ", installation composée d'oeuvres collectives, ambitionne de créer un jardin rassemblant totems, créatures imaginaires et personnages réalisés par plusieurs générations empruntant la cour de la Commanderie des Templiers comme espace commun.

Cette action artistique  réunit imaginaire, rêve et voyage à travers la découverte et la mise en oeuvre de différentes techniques de sculpture (modelage, fil de fer,assemblage...) au cours des ateliers "matière/voume/mise en espace", expérimentant ainsi le processus de création aux côtés de l'artiste.

Première étape de cette résidence, l'exposition "Resonance" présentée dans le pavillon des Gardes, propose un dialogue entre les sculptures de Sophie Jouan et les photographies d'Isabelle Faivre.

Confrontation des matières et des textures, ombres projetées des sculptures entrant  parfois dans la composition des photographies, la mise en scène de ces oeuvres, entrant en résonance, marque la complicité des deux artistes.

© Casqy - C. Lauté" class="lightbox no-icon no-icon" target="_blank">Isabelle Faivre et Sophie Jouan© Casqy - C. LautéIsabelle Faivre et Sophie Jouan© Casqy - C. LautéAmies et complices à la ville comme à la scène lorsqu’elles présentent ensemble le fruit de leur travail, Sophie Jouan et Isabelle Faivre nous invitent à découvrir un monde entre rêve et réalité.

Entre la présence bien réelle des sculptures de Sophie Jouan, personnages ancrés au sol ou suspendus parfois à la limite de l’équilibre mais toujours avec beaucoup de légèreté et le reflet  imaginaire que tendent les photographies d’Isabelle Faivre, portrait de ces personnages qui se transforment ainsi en ombre.

Sophie Jouan se joue des matières (le fil de fer, la pâte à papier, le ciment, la filasse) pour donner corps à ses sculptures. Isabelle Faivre, quant à elle, traque la lumière et son ombre et, photographiant les personnages de Sophie Jouan, leur donne ainsi une nouvelle vie.

« Résonance »… quel autre titre pouvait mieux décrire ce dialogue entre les deux artistes exposés ?