Accueil > Les expos > Précédentes > Dessin(s)

Dessin(s)

L’exposition Dessins(s)’est une carte blanche, proposée à deux collectionneurs, Annick et Louis Doucet, leur regard sur la pratique contemporaine du dessin dans son immense variété de sujets, de techniques et de modalités d’expression. A voir du 12 décembre 2012 au 17 mars 2013.

Max LanciMax Lanci« Cette exposition présente un peu plus de 250 dessins – choisis parmi plus de 4 000 – de 93 artistes vivants, souvent jeunes, appartenant à la collection Cynorrhodon - FALDAC. Les artistes sont pour la plupart français ou travaillant en France, mais, au total, une douzaine de nationalités sont représentées, avec de forts contingents allemands et étasuniens.

Pour tenter d’appréhender la diversité, la richesse et la complexité de ce champ, un parcours en trois sections, indépendantes, mais complémentaires, est proposé.

La première section – Sujets –, la plus importante par le nombre de dessins exposés, a pour ambition de montrer l’étendue du spectre des sujets abordés par les artistes, avec des ancrages dans la tradition et des ruptures avec celle-ci. 

Olivier MichelOlivier MichelLa deuxième section – Techniques – présente un large spectre de pratiques et de techniques, conventionnelles ou non, y compris certaines qui, en première analyse, ne semblent pas relever de la définition du dessin telle qu’on l’entend habituellement. 

La troisième et dernière section – Géographies – propose une approche territoriale du dessin en se focalisant sur deux pays, insistant sur les points communs qui unissent les artistes de chacun de ces deux pays, mais aussi sur ce qui les sépare et les distingue

Une telle division est nécessairement arbitraire et montre ses propres limites, car certains artistes pourraient probablement figurer dans plusieurs de ces sections. Elle a cependant pour vertu de prendre une position, de provoquer un mode de vision et de regard, afin de susciter des réactions et des contre-propositions de la part des visiteurs. Car le pire ennemi de l’art contemporain, c’est l’indifférence… »

Louis Doucet, 2012