Accueil > Les évènements > 2013 > Journées européennes du patrimoine 2013

Journées européennes du patrimoine 2013

Découvrez tout le week-end un lieu unique : histoire, architecture, parti pris de restauration. En partenariat avec le Musée de la ville.

Un lieu unique : histoire, architecture, parti pris de restauration

> Samedi 14 et dimanche 15 septembre de 10h à 18h.
Proposé par le Musée de la ville et la Commanderie des Templiers

« Si j’étais… » Pélerin à la Villedieu »

> Dimanche 15 septembre à 17h (45 min).
En partenariat avec l’Ensemble Vocal de Saint-Quentin-en-Yvelines

La Commanderie en grandes dates

Entre 1150 et 1180 : Fondation de la Commanderie de la Villedieu.
1312 (après) : Placement de la Commanderie de La Villedieu sous l’autorité de la Commanderie Hospitalière de Louviers-Vaumion suite à la dissolution de l’Ordre des Templiers et à l’attribution de ses biens à l’Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem.
1474 : Réunion de la Commanderie de La Villedieu à l’Hôpital Saint-Jean de Latran.
1503 : Prise de la ferme de la Commanderie de La Villedieu.
1795 : Vente de la ferme de La Villedieu en tant que bien national pendant la Révolution française.
1860 (vers) : Installation d’une distillerie et construction d’une cheminée en briques.
1926 : Inscription de la Chapelle de La Villedieu au titre des monuments historiques.
1963 : Cessation de l’activité agricole.
1970-78 : Rachat du site et restauration par l’Établissement public d’aménagement (EPA) de Saint-Quentin-en-Yvelines. Création d’ateliers-logements pour des artistes plasticiens.
Novembre 1973 : La chapelle ré-ouvre au public.
Années 1970-1998 : Centre culturel de la Villedieu.
2004 : Transfert de propriété à la Communauté d’agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines
2008 : Réouverture du bâtiment de garde après travaux de restauration - premières expositions.
2012 : Les restaurations de la chapelle et du bâtiment de Bièvres s’achèvent à leur tour.

La Commanderie en un coup d’œil

L’organisation est typique des commanderies templières, du moins dans la partie Nord de la France : différents bâtiments dont une chapelle, un bâtiment de garde, un logis et une ou plusieurs dépendances agricoles sont disposés autour d’une cour centrale dotée d’une pièce d’eau.

Vestige de mur d’enceinte
En fond de cour derrière la marre subsiste une ruine du mur qui protégeait le site.

Le bâtiment des Gardes
Il compte parmi les constructions les plus anciennes du site, préexistant peut-être même à la chapelle. Il fut néanmoins largement transformé au cours des siècles. Possible grange à l’origine, il remplit un temps un usage militaire de caserne ou de salle d’armes, avant de servir d’entrepôt pour le fourrage et le matériel agricole. Il accueille aujourd’hui des expositions.

Le bâtiment de Bièvres
Vraisemblablement construite à l’emplacement de l’ancien logis du commandeur qui dirigeait le domaine, la bâtisse actuelle daterait du XVIIIème siècle. Elle sert d’abord de logis pour les exploitants du domaine agricole, puis après restauration accueille des séminaires dans les années 1970. Elle abrite notamment depuis 2012 la Fédération française des échecs.

Le bâtiment de Chevreuse
La construction de cette dépendance agricole au XVIIème ou XVIIIème siècle n’exclut pas l’existence d’un édifice plus ancien à cet endroit, comme dans le cas du bâtiment de Bièvre. Depuis sa réhabilitation dans les années 1970, le bâtiment accueille des ateliers d’artistes.

La Chapelle
Pièce maîtresse du site, ce monument du XIIIème siècle aux lignes gothiques sobres est le témoin privilégié de l’époque templière et de la mission spirituelle incombant aux chevaliers. Les restaurations des XXème et XXIème siècles ont permis de lui rendre sa splendeur d’antan.